Initiative

 Restaurant éphémère et Pôle emploi : une synergie à l’oeuvre

Publié le 14/12/2021 dans Service expert

Des demandeurs d’emploi ont accédé à la Maison des Têtes à Colmar, le 16 octobre dernier, à l’occasion d’une journée spéciale dédiée à une mise en situation « grandeur nature ».

Dans la continuité de « Mon job sur un plateau »

Pour l’occasion, deux brigades ont été composées : la brigade cuisine et la brigade en salle.

La première étaient chargée de composer un menu sous la direction de Marc Eberlin, chef étoilé de l’auberge de l’Ill à Illhaeusern.

La seconde devait assurer l’art du service, épaulée par l’association Épices, une structure dont les objectifs sont de favoriser l’insertion professionnelle dans les métiers de l’hôtellerie et de la restauration.

Tous les participants ont été pleinement concentrés et volontaires, bien déterminés à mettre en avant leurs compétences auprès des recruteurs.

« La motivation à valider un parcours professionnel a été le seul critère de sélection, souligne Frédéric Eschbach, chargé des relations entreprises à l’agence Pôle emploi Colmar Lacarre. Les participants sont un patchwork de profils touchants : certains n’ont pas été épargnés par le métier, d’autres sont en réorientation professionnelle ou encore travailleurs handicapés. Chacun a sa chance. »

Pour jouer le rôle des clients, professionnels de l’hôtellerie-restauration et des employeurs potentiels ont joué le jeu :

« Bien conscients de leurs difficultés de recrutements, ils ont participé au restaurant éphémère de façon très bienveillante et avec une grande ouverture d’esprit. Les employeurs ne cherchaient pas des candidats très expérimentés mais simplement des personnes investies dans le projet, ayant l’envie d’apprendre un métier, certes difficile, mais épanouissant professionnellement. »

Le restaurant éphémère se place dans la continuité du dispositif « Mon job sur un plateau », une plateforme téléphonique qui permet de mettre en relation les demandeurs d’emploi et les employeurs du secteur de l’hôtellerie-restauration dans le département du Haut-Rhin.

Un immense succès pour les candidats et les employeurs 

Parmi les convives, Anne-Catherine Lutz, propriétaire depuis 16 ans de l’hôtel Le Relais du Ried à Colmar. Celle-ci souhaite recruter pour anticiper la saison hivernale :

« En Alsace, la période des fêtes est très importante pour le tourisme. Nous avons donc des besoins sur des postes de serveur petit déjeuner, serveur du repas du soir, commis de cuisine, femme de chambre… »

Malgré les annonces publiées sur e site de Pôle emploi, Anne-Catherine Lutz peine à recruter. Le restaurant éphémère apparait alors comme une opportunité « la solution de la dernière chance ».

Très vite, elle repère Lucas, 23 ans, qui était sorti des sentiers de l’emploi :

« J’ai été sensible à son envie sincère de travailler. Il est jovial, très sociable, avec un sens du contact naturel et fait preuve d’une grande volonté : toutes les qualités pour rejoindre notre équipe. »

Pour répondre aux exigences des employeurs et des candidats, les conseillers Pôle emploi préconisent la mise en place d’une PMSMP :

« Une période d’immersion nécessaire, souligne Anne-Catherine Lutz. Lucas commence à 5 h 30 : ça nous a permis de voir s’il pouvait tenir ce nouveau rythme. De son côté, il a pu appréhender son poste et son environnement de travail et voir si ça lui plaisait vraiment. »

La propriétaire de l’hôtel Relais du Ried a également profité d’une aide à l’embauche :

« Frédéric Eschbach a proposé le CUI-CIE jeune pour Lucas, soit une prise en charge de son salaire à hauteur de 47 % du Smic. Une aide financière bienvenue en sortie de crise sanitaire, et grâce à laquelle nous avons pu lui proposer un CDI directement ! » 

Comme Lucas, l’immense majorité des candidats, 90 %, du restaurant éphémère ont été recrutés.

Une opération innovante et inédite qui n’a pas été sans surprise :

« L’un des participants devait entrer en formation serveur, après avoir travaillé 38 ans dans le secteur de la métallurgie. Il avait un tel potentiel que ses employeurs l’ont formé directement pour devenir maître d’hôtel : une très belle évolution professionnelle pour lui », relate Frédéric Eschbach.

En partenariat avec l’Union des métiers de l’industrie hôtelière du Haut-Rhin (Umih), cette action a été un véritable succès.

Anne-Catherine Lutz conclut avec assurance :

 « il faut remettre le couvert pour la saison touristique du printemps et de l’été ! »